MFI – D’où vient le mot « SPAM » ?

Ils envahissent chaque jour nos boites mail, pourtant peu de gens savent ce que veut réellement dire le mot SPAM. Voici la réponse.

Communément utilisé par tout le monde aujourd’hui, le SPAM, également appelé spamming ou pourriel (contraction de « poubelle  » et « courriel « ), est un mot emprunté à l’anglais qui désigne l’envoi massif automatisé de courriers électroniques non désirés.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que ce mot fait en réalité référence à une merveilleuse autant que mystérieuse viande industrielle imitant vaguement le porc et le jambon avec des assaisonnements étranges, laquelle se vendait en conserve qu’on ouvrait à l’époque avec une clé comme les sardines.

Ce délice de la nouvelle cuisine industrielle a d’abord été commercialisé sous le nom de Spiced Ham par la compagnie Hormel Foods. La Food and Drug Administration, organisme américain de santé publique, a vite interdit au fabricant d’utiliser le mot jambon pour définir son produit.

Celui-ci a alors décidé de ne conserver que les deux premières et les deux dernières lettres pour créer son nom actuel de Spam® en 1937 … et ça existe toujours !.

Lorsque les militaires américains ont occupé le sud du Pacifique pendant la guerre 39-45, il était extrêmement compliqué d’approvisionner les troupes en viande fraîche. Plus de 45 millions de kilos de Spam® leur ont été expédiés en ravitaillement pendant la durée de la guerre. Les militaires en mangeaient pour déjeuner, pour dîner et pour souper. Les soldats appelaient le Spam® du jambon qui n’a pas passé ses examens physiques ou encore du pain de viande qui n’a pas eu son entraînement de base.

Encore aujourd’hui, il se consomme 3.8 boîtes de Spam® chaque seconde en Amérique du Nord. Il s’en vend dans 41 pays répartis sur 6 continents et son nom est protégé par des brevets dans plus de 100 pays.

Toujours populaire dans le sud-Pacifique, sur l’île de Saipan les restaurants McDonald’s y sont les seuls au monde qui l’offrent au menu comme viande à burger. A Hawaï où il est toujours apprécié, on l’appelle le steak hawaïen.

Quel rapport, me direz-vous, entre le nom que l’on donne à nos agaçants courriels indésirés et cette préparation de simili-viande indésirable ? Il y a pourtant une filiation directe. Cette filiation tire son origine d’un numéro de comédie qui date de 1970.

Une émission de télévision britannique bien connue, Monty Python’s Flying Circus, a créé un sketch devenu célèbre où on utilisait ad nauseam la marque de commerce.

Dans celui-ci, les rois de l’humour britannique avaient imaginé que la serveuse d’un restaurant proposait à ses clients le menu de l’établissement littéralement envahi de SPAM :  » Egg and spam, egg bacon and spam, egg bacon sausage and spam, spam bacon sausage and spam, spam egg spam spam bacon and spam, spam sausage spam spam bacon spam tomato and spam… « , annonçait la serveuse, tandis qu’un groupe de Vikings qui se trouvait également là reprenait ses propos en chantant  » SPAM ! SPAM ! SPAM ! « 

Le sketch Spam étant populaire, un message apparut dans un newsgroup contenant uniquement le mot « spam  » répété des centaines de fois à la manière du sketch. Ce message fut régulièrement repris et finit par atterrir dans d’autres newsgroups où il continua à être diffusé. C’est ainsi que le fait de poster des messages sans référence au thème d’un newsgroup finit par être appelé  » spamming « .

Des SPAM dès les années 1970 :
Si les SPAM peuvent aujourd’hui revêtir bien des formes, le premier aurait été envoyé en 1978 par un certain Gary Thuerk, qui envoya un message à la quasi totalité de ses contacts, soit près de 600 personnes pour les inviter à une démonstration de sa société.

Il suffit de jeter un œil dans votre boite de courriers indésirables pour s’apercevoir que les SPAM se sont depuis largement popularisés.

Il y a près de 10 ans, les SPAM représentaient plus de 90% des messages échangés selon la société Symantec spécialisée dans les logiciels informatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *